INTRODUCTION

Le Club Union Africaine Côte d’Ivoire s’est engagé à promouvoir la vision 2063 de l’Union Africaine et la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples relatifs aux droits de la femme (Protocole de Maputo). Deux instruments qui réaffirment le rôle essentiel que jouent les femmes dans le développement de l’Afrique et l’impact négatif des violences basées sur le genre qui touche aussi bien les hommes que les femmes, renforcent les inégalités sociales et met en péril les générations futures.

Les questions liées à la prise en charge des victimes de Violences Basées sur le genre se posent avec acuité dans les communautés o le silence est la meilleure arme pour survivre après une violence ou une agression. Il est donc nécessaire de rendre accessible les commissariats de police et les forces de défense et de sécurité tout en encourageant les populations à s’y rendre et dénoncer cela à travers le renforcement de capacités du personnel de la Police Nationale du District d’Abidjan et le renforcement de la confiance Police et Population.

Avec l’appui du Canada, à travers le Fonds Canadien d’Initiatives Locales (FCIL), le Club Union Africaine Côte d’Ivoire exécute ce projet durant six (6) mois dans cinq (5) Communes du district d’Abidjan.

LIEU DU PROJET

District d’Abidjan ( Anyama, Abobo, Cocody, Bingerville, Port-Bouët).

BREVE DESCRIPTION DU PROJET

Le projet cherche à renforcer la lutte contre les VBG et la capacité des femmes à dénoncer les violences subies. Il s’agira également d’apporter un appui psycho social et économique à certaines victimes de violence pour faciliter leur prise en charge médicale ; économique et leur réinsertion sociale. Cela à travers le renforcement des capacités des Points focaux des BAG dans les commissariats.

ACTIVITES PREVUES

  • Prospection dans les 17 Bureaux d’Accueils Genre.
  • Réalisation d’un atelier de renforcements des capacités des 32 points focaux violence basée sur le genre dans les 17 commissariats.
  • Développement de la campagne de sensibilisation et la réalisation de 17 séances de sensibilisation dans les 17 communes concernées par ce projet.
  • Prise en charge de 850 soit 50 cas par BAG (566 cas en vue d’un appui médical, un accompagnement psycho social et assistance judiciaire ; 284 cas pour appui financier pour des activités génératrices de revenu).
  • Suivi et évaluation.

RESEULTATS ESCOMPTES

  • Renforcement des capacités de 34 points focaux Violences Basées sur le Genre dans 17 commissariats de Police en matière de mécanisme de coordination et de lutte contre les violences Basées sur le Genre et la capacité à utiliser les médias sociaux pour influencer et faire du lobbying.
  • Prise en charge de 850 cas soit 566 cas bénéficient d’appui médical, d’accompagnement psycho sociale et judiciaire ; 284 cas bénéficient de l’appui économique.
  • Les outils de sensibilisation ont permis de toucher 60000 personnes. Ainsi les populations sont à même de repérer les cas de violences basées sur le genre et de lancer la procédure de dénonciation et de prise en charge.
  • Les acteurs de ce type de violences s’engagent à changer de comportement.

RESUME DU PROJET

Le principal problème que le projet cherche à résoudre est de renforcer la lutte des violences basées sur le genre et la capacité des femmes à dénoncer les violences subies. Il s’agira également d’apporter un appui psycho social et économique à certaines victimes de violence pour faciliter leur prise en charge médicale ; économique et sociale et leur réinsertion sociale. Cela à travers le renforcement des capacités des Points focaux des Bureau d’accueil Genre qui sont situés au sein de la police nationale (commissariat).

En effet, l’’Etat avec l’appui des partenaires tels que Le PNUD a créé des Bureaux d’Accueil Genre (BAG) en vue de répondre aux nombreuses sollicitations des femmes. Malgré les nombreuses sollicitudes, les BAG n’arrivent pas à relever le défi de l’accueil et de la prise en charge des victimes par manque de formation et d’accompagnement.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.