CLUB UNION AFRICAINE

créée en juin 1998 suite de la Résolution CM 1352 de juin 1991 du Conseil des Ministres de l'OUA à Abuja au Nigeria.

FLASH INFO: M. Wodjo Fini TRAORE Président du CLUB UA élu Vice Président de la Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI) en Juin 2013 | Le président du club union africaine désigné représentant des ONG à la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH-CI) | CLUBUA CI - Obtention du statut d'observateur auprès de la CADHP en novembre 2004 à la 36ème session ordinaire à Dakar | En prélude à la 52ème session de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples qui se tiendra du 09 au 22 octobre 2012 à Yamoussoukro, l'African Center for Democracy and Human Right Studies organise le forum des ONG du 06 au 08 octobre 2012

LA GESTION DU DOMAINE FONCIER RURAL EN CÔTE D'IVOIRE

-> Cliquez pour télécharger <-
Gestion du domaine foncier rural

 
 
   

 

TRAORE WODJO (COSOPCI) INTERPELLE OUATTARA: "NOUS NE VOULONS PAS D`UN PARLEMENT MONOCOLORE" / AU FPI: "PAS DE CONDITION INSURMONTABLE"

Le président de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement (COSOPCI), Traoré Wodjo Fini, a fait le bilan du combat mené par sa structure pendant la crise post-électorale. C`était au cours d`une conférence de presse le samedi 22 octobre dernier au siège [Lire la suite]

------

WODJO FINI TRAORE, COORDONNATEUR DE LA COSOPCI, A PROPOS DES LEGISLATIVES : “QUE L’OPPOSITION NE POSE PAS DE CONDITIONS INSURMONTABLES”

«Que l’opposition ne pose pas de conditions insurmontables », dixit Wodjo Fini Traoré, le coordonnateur de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement démocratique en Côte d’Ivoire (Cosopci). Qui estime que « ce serait malheureux ... [Lire la suite]

------

DECLARATION DU CLUB UA-CI Mai /2011

Le Club Union Africaine Côte d’Ivoire salue le retour de la presse de l’opposition « Notre Voie »

La crise postélectorale survenue après la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, s’est muée en un conflit armé entre les Forces Républicaines de Cote d’Ivoire (FRCI) soutenant  le candidat élu Alassane Dramane Ouattara ... [Lire la suite]
------

DECLARATION DU CLUB UA CI SUITE  LA NOMINATION DE MONSIEUR  CHARLES KONAN BANNY AU POSTE DE PRESIDENT DE LA COMMISSION DIALOGUE, VERITE ET RECONCILIATION.
Le club UACI souhaite la nomination d’une personnalité apolitique à la tête de la Commission dialogue, vérité et réconciliation

Le second tour de l’élection présidentielle tenue le 28  novembre 2011, s’est soldé par la victoire de Monsieur Alassane OUATTARA. Mais, le président sortant Laurent Gbagbo, s’est résolu à conserver le pouvoir par la contestation des résultats. ... [Lire lasuite]

DEMOCRATIE ET BONNE GOUVERNANCE

DROITS DE L’HOMME ET CITOYENNETE

JEUNESSE ET DEVELOPPEMENT

FONCIER RURAL

PREVENTION DES CONFLITS

   

>> Français / English


.....................................................

.....................................................

DECLARATION RECONCILIATION NATIONALE

DECLARATION RELATIVE AUX ATTAQUES DE MOSQUEES

L’INTELLIGENT D’ABIDJAN ACTIVITE DE YAMOUSSOUKRO

NOMINATION DE BANNY A LA TETE DE COMMISSION VERITE ET RECONCILIATION

DECLARATION RELATIVES AUX ABUS DES FRCI

 

LA SOCIETE CIVILE DEMANDE LA DISSOLUTION DE LA CEI

  • ETATS DES LIEUX

Suite à la crise politico-militaire de 2002, dans la dynamique de recherche de la paix, plusieurs accords politiques ont été signés dont ceux de Pretoria qui ont permis de mettre en place une Commission Electorale Indépendante composée des représentants de toutes les parties belligérantes (RDR, FPI, PDCI, MPCI,  MPIGO, MJP, UDPCI, PIT, UDCY, MFA).
En effet, à travers le Point 9 des accords de Prétoria I, les parties signataires ont convenu « d'apporter les modifications quant à la composition, organisation et fonctionnement » de la Commission Electorale Indépendante. Ainsi, le Point 9.b dudit accord, relatif à la composition et au fonctionnement du Bureau de la Commission Centrale de la CEI édicte que « le mandat des membres de la Commission centrale prend fin à l'issue des élections générales ».

En application de ces accords, les élections générales de sortie de crise se sont tenues pour la présidentielle, le 1er tour le 31 Octobre 2010 et le 2è tour le 28 Novembre 2010 ; pour les législatives, respectivement le 11 décembre 2011 puis le 26 Février 2012 pour les législatives partielles.
Dès lors, « le mandat des membres de la nouvelle Commission Electorale Indépendante prend fin à l’issue des prochaines élections générales » comme le stipule l’article 53 nouveau de la loi N°2004-642 du 14 décembre 2004 telle que modifiée et complétée par la décision n°2005-606/PR du 15 juillet 2005 relative à la Commission Electorale Indépendante.

  • ANALYSE

La Commission Electorale Indépendante composée en majorité des partis et groupements politiques ainsi que des forces militaires a été marquée par des blocages dans son fonctionnement et surtout lors de la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle.
Cette situation, qui résultait d’une suspicion et d’une méfiance réciproques entre les différents protagonistes de cette crise, a engendré la grave crise postélectorale que la Côte d’Ivoire a connue mais surtout a renforcé le fossé de la fracture sociale.
La structuration de la CEI issue des accords de paix interpelle aujourd’hui encore les Organisations de promotion des Droits de l’Homme et de Démocratie qui n’ont cessé depuis une décennie d’affirmer que cette Commission et l’esprit qui a prévalu à sa mise en place portaient les germes d’un conflit postélectoral.
Par ailleurs, le mandat des membres de la Commission Electorale Indépendante a pris fin à l’issue des élections générales comme le recommande l’article 53 nouveau de la loi N°2004-642 du 14 décembre 2004 telle que modifiée et complétée par la décision n°2005-606/PR du 15 juillet 2005 relative à la Commission Electorale Indépendante.
Le terme du mandat de la présente Commission Electorale Indépendante étant échu, il est donc impérieux qu’une réflexion profonde soit menée afin que la nouvelle Commission qui sera mise en place respecte dans son fonctionnement, dans sa composition et dans sa durée les principes d’impartialité, de neutralité et de compétence.

  • RECOMMANDATIONS

En vue du respect des principes de démocratie, d’impartialité, de neutralité et d’objectivité, nous recommandons :

  • La dissolution de la Commission Electorale Indépendante;
  • Le vote d’une nouvelle loi instituant une Commission Electorale Indépendante composée de représentants de la société civile, d’experts indépendants et de représentants des ministères techniques ;
  • La mise en place d'une Commission consensuelle, indépendante et inclusive comprenant les acteurs des ONG, des regroupements des  droits de l'Homme et de démocratie ainsi que des experts indépendants et représentants des Ministères techniques ;
  • L’organisation des prochaines élections municipales et régionales par la nouvelle Commission Electorale Indépendante qui sera mise en place.

Fait à Abidjan, le 27 mars 2012

 

 Pour les organisations signataires

  • Club Union Africaine Côte d’Ivoire (CLUB UA-CI)

TRAORE Wodjo Fini

 

  • Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme (LIDHO)

HOKOU Légré René

 

  • Centre Féminin pour la démocratie et les droits humains en Côte d’Ivoire (CEFCI)

Nathalie Koné TRAORE

 


 

 

 

© 2009 - TOUS DROITS RESERVES - CLUB UA