CLUB UNION AFRICAINE

créée en juin 1998 suite de la Résolution CM 1352 de juin 1991 du Conseil des Ministres de l'OUA à Abuja au Nigeria.

FLASH INFO: M. Wodjo Fini TRAORE Président du CLUB UA élu Vice Président de la Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI) en Juin 2013 | Le président du club union africaine désigné représentant des ONG à la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH-CI) | CLUBUA CI - Obtention du statut d'observateur auprès de la CADHP en novembre 2004 à la 36ème session ordinaire à Dakar | En prélude à la 52ème session de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples qui se tiendra du 09 au 22 octobre 2012 à Yamoussoukro, l'African Center for Democracy and Human Right Studies organise le forum des ONG du 06 au 08 octobre 2012

LA GESTION DU DOMAINE FONCIER RURAL EN CÔTE D'IVOIRE

-> Cliquez pour télécharger <-
Gestion du domaine foncier rural

 
 
   

 

TRAORE WODJO (COSOPCI) INTERPELLE OUATTARA: "NOUS NE VOULONS PAS D`UN PARLEMENT MONOCOLORE" / AU FPI: "PAS DE CONDITION INSURMONTABLE"

Le président de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement (COSOPCI), Traoré Wodjo Fini, a fait le bilan du combat mené par sa structure pendant la crise post-électorale. C`était au cours d`une conférence de presse le samedi 22 octobre dernier au siège [Lire la suite]

------

WODJO FINI TRAORE, COORDONNATEUR DE LA COSOPCI, A PROPOS DES LEGISLATIVES : “QUE L’OPPOSITION NE POSE PAS DE CONDITIONS INSURMONTABLES”

«Que l’opposition ne pose pas de conditions insurmontables », dixit Wodjo Fini Traoré, le coordonnateur de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement démocratique en Côte d’Ivoire (Cosopci). Qui estime que « ce serait malheureux ... [Lire la suite]

------

DECLARATION DU CLUB UA-CI Mai /2011

Le Club Union Africaine Côte d’Ivoire salue le retour de la presse de l’opposition « Notre Voie »

La crise postélectorale survenue après la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, s’est muée en un conflit armé entre les Forces Républicaines de Cote d’Ivoire (FRCI) soutenant  le candidat élu Alassane Dramane Ouattara ... [Lire la suite]
------

DECLARATION DU CLUB UA CI SUITE  LA NOMINATION DE MONSIEUR  CHARLES KONAN BANNY AU POSTE DE PRESIDENT DE LA COMMISSION DIALOGUE, VERITE ET RECONCILIATION.
Le club UACI souhaite la nomination d’une personnalité apolitique à la tête de la Commission dialogue, vérité et réconciliation

Le second tour de l’élection présidentielle tenue le 28  novembre 2011, s’est soldé par la victoire de Monsieur Alassane OUATTARA. Mais, le président sortant Laurent Gbagbo, s’est résolu à conserver le pouvoir par la contestation des résultats. ... [Lire lasuite]

DEMOCRATIE ET BONNE GOUVERNANCE

DROITS DE L’HOMME ET CITOYENNETE

JEUNESSE ET DEVELOPPEMENT

FONCIER RURAL

PREVENTION DES CONFLITS

   

>> Français / English


.....................................................

.....................................................

DECLARATION RECONCILIATION NATIONALE

DECLARATION RELATIVE AUX ATTAQUES DE MOSQUEES

L’INTELLIGENT D’ABIDJAN ACTIVITE DE YAMOUSSOUKRO

NOMINATION DE BANNY A LA TETE DE COMMISSION VERITE ET RECONCILIATION

DECLARATION RELATIVES AUX ABUS DES FRCI

 

49E SESSION ORDINAIRE DE LA COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES

DECLARATION du Club Union Africaine Côte d’Ivoire
LA SITUATION DES FEMMES EN COTE D’IVOIRE

Banjul, le 30 avril 2011 

Mme la présidente de la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples
Distingués participants en vos grades et rangs respectifs
Au nom du Club Union Africaine Côte d’Ivoire et de tous ses membres, nous voudrions  féliciter la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des peuples  pour tout le travail effectué en vue d’une avancée notable  des droits humains sur notre Continent.
Nous tenons à féliciter Mme la Présidente Reine Alapini Gansou pour sa nomination au sein de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la Côte d’Ivoire.
Mme la Présidente, notre pays, la  Côte d’ivoire a vécu depuis le 28 novembre 2010, une grave crise post électorale
  Cela malgré, les différentes médiations de l’Union Africaine et du Panel des Chefs d’Etat qui demandaient à Mr Gbagbo de céder pacifiquement le Pouvoir à Mr Ouattara, le Président élu.
Cette crise  a connu son dénouement  le 11 avril 2011 ,  date de l’assaut final donné par les Forces Pro Ouattara  pour déloger le Président sortant  qui refusait de reconnaitre les résultats des urnes proclamés par la Commission Electorale Indépendante , certifiés par les Nations Unies et vérifié par le Panel des Chefs d’Etat de l’Union Africaine .
La crise ivoirienne été marquée par des violations graves des droits de l’Homme par toutes les parties belligérantes  (Plus de 1000 morts, des centaines de disparus, plus de 1 000 000 de déplacés).
Mme la Présidente, les femmes ivoiriennes qui représentent plus de 50% de la population ivoirienne ont participé activement au processus électorale et se sont illustrées lors de la phase postélectorale à travers la sensibilisation, le lobbying, le plaidoyer aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’Union Africaine afin de témoigner du drame quotidien vécu par leurs consœurs.
Nous voudrions rappeler que la situation post électorale  en Côte d’Ivoire  est la conjugaison de 03 facteurs :

  • Des  institutions faibles et politisées dont le Conseil constitutionnel
  • Une armée non républicaine  et  fortement ethnicisée
  • Une télévision nationale non professionnelle qui a servi à longueur de journées la haine, l’intolérance  et la division à la population ivoirienne en attisant les problemes identitaires.
  • Une presse écrite fortement politisée et subjective.

Si le Conseil constitutionnel  a essayé de donner une justification juridique à l’usurpation du pouvoir par  Mr Gbagbo, l’armée  lui a donné tous les moyens  pour la violence et la répression systématique  des manifestants et des défenseurs des droits humains qui revendiquaient le respect des résultats issus des urnes.
Tandis que la Télévision et la Radio Nationale  ont construit progressivement dans la conscience du peuple ivoirien  l’idée de  l’affrontement entre les populations faisant ainsi le lit à la violence civile en Côte d’Ivoire tout en aggravant la fracture sociale.
Madame la Présidente, les femmes ivoiriennes ont vécu durement cette situation post électorale qui a été marquée par la violence et la répression systématique par des Forces pro Gbagbo. Elles ont été les plus grandes victimes de la crise à travers  les assassinats, les pillages systématiques, les viols, les déplacements massifs, les menaces et le traumatisme psychologique vécu.
En témoigne l’assassinat, le 03 mars 2011 des 07 femmes ivoiriennes à Abobo au Nord de la Ville d’Abidjan lors d’une marche pacifique pour le respect du résultat des urnes.
Aussi, dès le lancement de l’offensive pour déloger le Président sortant Laurent Gbagbo, les Forces Pro Ouattara, les FRCI  ont été responsables de graves  violations des droits  humains  et  en particulier des droits de la femme. Cela , à travers des assassinats  à l’Ouest ( Duekoué ) et à Abidjan  , les pillages de biens , vols , les viols  et surtout la perquisition sans mandat des domiciles  de populations sous prétexte de rechercher des armes .
Cela, a accru l’insécurité  dans la ville d’Abidjan où les Forces de Police et de gendarmerie  trainent encore les pas pour une reprise effective du service.
Madame la Présidente , aujourd’hui , les femmes de Côte d’Ivoire traumatisée par les graves conséquences humanitaires , sanitaires et sécuritaire de cette crise se posent encore des questions sur le respect  de l’ article 11 relatif à la protection des femmes lors des conflits armés et de l’ article 9 relatif au droit à la participation aux processus politiques et de prise de décision  .  Des droits énoncés dans le protocole de l’Union Africaine sur les droits des femmes en Afrique.
Aujourd’hui,  si la Côte d’Ivoire a besoin de  paix et de  réconciliation, nous souhaitons qu ‘avec l’appui  de la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples  aucune violence faite aux femmes de  Côte d’Ivoire  ne soit passée sous silence  et ne reste impunie quelque soit leur auteur.

A ce niveau de notre intervention, nous souhaitons faire à  la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples les recommandations suivantes :

  • La mise en place d’un plan d'urgence sur la reconstruction, le renforcement de  la justice en Côte d’Ivoire
  • l'appui conséquent à la commission vérité, justice et réconciliation
  • s’impliquer dans le processus de reconciliation nationale
  • la protection  effective des defe,seurs des droits humains dans les pays en situation de crise
  • l'aide juridique  aux victimes qui sera assurée par les ONG de droits de l'homme que nous représentons à travers  leur identification et la nécessité de leur accorder un procès équitable et une indemnisation
  • Faire adopter une loi sur le quota pour une meilleure représentation politique des femmes dans les instances de prise de décision
  • Donner une place réelle aux femmes africaines  dans les processus de médiation et de réconciliation  en Afrique en période de conflit conformément à la résolution 1325
  • Le suivi de la situation politique en Côte d’Ivoire afin que la justice des vainqueurs ne puisse  pas être l’occasion de fragiliser encore les vaincus qui ont aussi droit à une dignité et à un procès équitable. La Côte d’Ivoire sera jugée à l’aune de sa capacité d’utiliser son système judiciaire national pour juger tous les auteurs de crimes  et de violation des droits humains

Nous sommes convaincus qu’aucune réconciliation vraie ne peut se faire sans  justice.
Mme La Présidente, les femmes de Côte d’Ivoire, souhaitent dire Haut et Fort : PLUS JAMAIS ça !

Pour que les femmes africaines puissent vivre dans la dignité et la quiétude.

 

 

 
© 2009 - TOUS DROITS RESERVES - CLUB UA