CLUB UNION AFRICAINE

créée en juin 1998 suite de la Résolution CM 1352 de juin 1991 du Conseil des Ministres de l'OUA à Abuja au Nigeria.

FLASH INFO: M. Wodjo Fini TRAORE Président du CLUB UA élu Vice Président de la Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI) en Juin 2013 | Le président du club union africaine désigné représentant des ONG à la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH-CI) | CLUBUA CI - Obtention du statut d'observateur auprès de la CADHP en novembre 2004 à la 36ème session ordinaire à Dakar | En prélude à la 52ème session de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples qui se tiendra du 09 au 22 octobre 2012 à Yamoussoukro, l'African Center for Democracy and Human Right Studies organise le forum des ONG du 06 au 08 octobre 2012

LA GESTION DU DOMAINE FONCIER RURAL EN CÔTE D'IVOIRE

-> Cliquez pour télécharger <-
Gestion du domaine foncier rural

 
 
   

 

TRAORE WODJO (COSOPCI) INTERPELLE OUATTARA: "NOUS NE VOULONS PAS D`UN PARLEMENT MONOCOLORE" / AU FPI: "PAS DE CONDITION INSURMONTABLE"

Le président de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement (COSOPCI), Traoré Wodjo Fini, a fait le bilan du combat mené par sa structure pendant la crise post-électorale. C`était au cours d`une conférence de presse le samedi 22 octobre dernier au siège [Lire la suite]

------

WODJO FINI TRAORE, COORDONNATEUR DE LA COSOPCI, A PROPOS DES LEGISLATIVES : “QUE L’OPPOSITION NE POSE PAS DE CONDITIONS INSURMONTABLES”

«Que l’opposition ne pose pas de conditions insurmontables », dixit Wodjo Fini Traoré, le coordonnateur de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement démocratique en Côte d’Ivoire (Cosopci). Qui estime que « ce serait malheureux ... [Lire la suite]

------

DECLARATION DU CLUB UA-CI Mai /2011

Le Club Union Africaine Côte d’Ivoire salue le retour de la presse de l’opposition « Notre Voie »

La crise postélectorale survenue après la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, s’est muée en un conflit armé entre les Forces Républicaines de Cote d’Ivoire (FRCI) soutenant  le candidat élu Alassane Dramane Ouattara ... [Lire la suite]
------

DECLARATION DU CLUB UA CI SUITE  LA NOMINATION DE MONSIEUR  CHARLES KONAN BANNY AU POSTE DE PRESIDENT DE LA COMMISSION DIALOGUE, VERITE ET RECONCILIATION.
Le club UACI souhaite la nomination d’une personnalité apolitique à la tête de la Commission dialogue, vérité et réconciliation

Le second tour de l’élection présidentielle tenue le 28  novembre 2011, s’est soldé par la victoire de Monsieur Alassane OUATTARA. Mais, le président sortant Laurent Gbagbo, s’est résolu à conserver le pouvoir par la contestation des résultats. ... [Lire lasuite]

DEMOCRATIE ET BONNE GOUVERNANCE

DROITS DE L’HOMME ET CITOYENNETE

JEUNESSE ET DEVELOPPEMENT

FONCIER RURAL

PREVENTION DES CONFLITS

   

>> Français / English


.....................................................

.....................................................

DECLARATION RECONCILIATION NATIONALE

DECLARATION RELATIVE AUX ATTAQUES DE MOSQUEES

L’INTELLIGENT D’ABIDJAN ACTIVITE DE YAMOUSSOUKRO

NOMINATION DE BANNY A LA TETE DE COMMISSION VERITE ET RECONCILIATION

DECLARATION RELATIVES AUX ABUS DES FRCI

 

LE COMITE DES DROITS DE L’ENFANT AFRICAIN PUBLIE SA TOUTE PREMIERE DECISION

 

Le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant a publié sa toute première décision portant sur une communication. Dans la décision, rendue le 22 Mars 2011, sur la communication 002/2009 IHRDA et OSJI (au nom des enfants d’origine nubienne au Kenya) contre Kenya, le Comité a déclaré le Kenya coupable de violation des droits des enfants nubiens à la non-discrimination, la nationalité et la protection contre l’apatridie.

Pour remédier à ces violations, le Comité a formulé les recommandations suivantes :

  • Que le Kenya prenne toutes les mesures législatives, administratives et autres afin de s’assurer que les enfants d’ascendance nubienne au Kenya, qui autrement seraient apatrides, puissent acquérir la nationalité kenyane et la preuve d’une telle nationalité à la naissance.
  • Que le Kenya prenne des mesures pour s’assurer que les enfants d’origine nubienne existants, dont la nationalité kenyane n’est pas reconnue reçoivent systématiquement  le bénéfice de ces nouvelles mesures comme une question de priorité.
  • Que le Kenya mette en œuvre son système d’enregistrement des naissances de manière non discriminatoire, et prenne toutes les mesures législatives, administratives et autres pour s’assurer que les enfants d’origine nubienne soient enregistrés immédiatement à la naissance.
  • Que le Kenya adopte un plan à court, moyen et  long terme, y compris des mesures législatives, administratives et autres pour assurer le respect du droit à jouir du meilleur état de santé possible et du droit à l’éducation, de préférence en consultation avec les communautés bénéficiaires concernées.
  • Que Kenya rende compte de la mise en œuvre de ces recommandations dans les six mois à compter de la date de notification de cette décision.

Le Comité a également décidé de nommer un de ses membres pour assurer le suivi de la mise en œuvre de la décision.
Cette décision historique, la première jamais prise par le Comité, voit pour la première fois un organisme international déclarer un Etat coupable de violation d’un traité portant sur les droits de l’enfant. Le Comité est le seul corps de surveillance de traités sur les droits de l’enfant  ayant le pouvoir de statuer sur des cas.

© 2009 - TOUS DROITS RESERVES - CLUB UA